logo

Lundi 6 août 2018

IZVORA invite Roby Lakatos
20:00 (ouverture des portes 19:30)

Au programme : Musique tzigane, tango argentin et musiques populaires latino

web_izvoraIZVORA vous entraîne dans un univers étincelant, poétique et raffiné, dévoilé par des arrangements et compositions originales et par les sonorités tantôt intimistes, tantôt virtuoses de ses artistes.

Alors qu’il nous a habitué à magnifier la musique d’Astor Piazzolla, c’est un fantasme plus secret, saupoudré d’inspirations passionnelles, flirtant avec la musique classique, le jazz et les musiques du monde, que l’accordéoniste Christophe Delporte a choisi de partager avec l’ex-pianiste de la Framboise Frivole.

Yves Gourmeur (piano) est avant tout un pianiste éclectique mais surtout un compositeur avec une puissance mélodique à toutes épreuves et un gout certain pour la fusion de styles musicaux.

Rhonny VENTAT (sax), le représentant Eolien de l’équipe vous enchantera avec des mélodies sensuelles, envoutantes mais également avec des improvisations vertigineuses et rassurantes à la fois.

Avec les percussions tout en finesse et d’une précision diabolique de Jérome Baudart et la contrebasse suave, caressante et hors norme d’Adrien Tyberghein, IZVORA vous propose un voyage empreint de sensualité musicale.

Flamboyant, entre délires festifs, rythmes obstinés et mélodies lyriques, osant les prémices improvisées, ce quintet aux multiples influences dépose sur nos âmes en apesanteur, un léger baiser sucré salé…….

Musiciens :

Christophe Delporte à l’accordéon / Yves Gourmeur au Piano / Rhonny Ventat au saxophone / Adrien Thyberghein à la contrebasse / Jérôme Baudart batterie/percussions

web_roby_lakatosRoby Lakatos

Le violoniste tzigane Roby Lakatos est non seulement un virtuose incomparable, mais aussi un musicien d’une polyvalence stylistique exceptionnelle. Aussi à l’aise dans les répertoires classique, jazz ou dans le répertoire folklorique hongrois, Lakatos est l’un des rares musiciens à échapper à toute définition. On parle de lui comme un violoniste tzigane, le « violoniste du diable », un virtuose classique, un improvisateur jazz, un compositeur et arrangeur, un survivant du XIXe siècle, et il est en effet tout cela à la fois. Il est le genre de musicien universel que l’on rencontre si peu à notre époque – un interprète qui tire sa force de ses activités d’improvisateur et de compositeur. Il s’est produit dans les plus grandes salles et les plus grands festivals d’Europe, d’Asie et d’Amérique.

Né en 1965 dans la légendaire famille de violonistes tziganes descendants de Janos Bihari, surnommé le « Roi des violonistes tziganes », Roby Lakatos évolue dès l’enfance dans un univers musical, et à l’âge de neuf ans, il fait ses débuts sur scène comme premier violon d’un orchestre tzigane. Son univers musical ne se limite néanmoins pas à sa famille : il étudiera plus tard au Conservatoire Béla Bartók à Budapest, où il remportera le premier prix en violon classique en 1984. Entre 1986 et 1996, lui et son ensemble ravissent les oreilles du public aux « Ateliers de la grande île » à Bruxelles, leur foyer musical durant toute cette période. Il a collaboré avec Vadim Repin et Stéphane Grappelli ; Yehudi Menuhin admirait son jeu et tenait à venir écouter régulièrement Lakatos dans son club à Bruxelles. En mars 2004, Lakatos est acclamé au festival « Genius of the violin » avec le London Symphony Orchestra, où il joue aux côtés de Maxim Vengerov.

Quand Roby Lakatos mélange ce que l’on appelle la « musique classique » et la magie de la vitalité hongroise tzigane, son interprétation ne fait en aucun cas preuve d’irrespect, mais reflète le profond enracinement de la tradition musicale dans l’héritage culturel du peuple tzigane et offre un ravissement nouveau et vivifiant au public et aux amateurs de musique. Tout comme Liszt, Brahms et bien d’autres intégraient des accents hongrois dans leurs compositions, Roby Lakatos offre à présent à son public une rencontre entre ces classiques et ses racines tziganes. Ce qui ravit tous ces hommes et ces femmes dans les veines desquels court encore un peu du sang de l’esprit errant.

Roby n’est pas seulement un virtuose extraordinaire, il est aussi un magicien à la technique unique et dont le style en contrarie plus d’un. Il est l’un des rares musiciens à être capable de jouer de la musique classique, du jazz et, bien sûr, de la musique populaire hongroise avec la même énergie et les mêmes qualités techniques ; avec son violon, il dépasse les frontières de chaque genre musical. Il s’est produit dans les plus grandes salles et les plus grands festivals d’Europe, d’Asie et d’Amérique et a joué aux côtés des plus grands jazzmen, tels que Herbie Hancock, Quincy Jones, Stéphane Grappelli…

Roby utilise des cordes Thomastik Infield pour violon.



Les commentaires sont fermés.